Ministère des affaires sociales et de la santé

Publications 1999:4fre

31.08.1999


La politique en faveur des personnes âgées

L’objectif général de la politique en faveur du troisième âge est de promouvoir le bien-être des personnes âgées, de favoriser leur autonomie dans toute la mesure du possible et de leur dispenser des soins de qualité. L’égalité, le droit de décider par soi-même, l’indépendance économique et la sécurité en sont les valeurs les plus importantes. L’intégration sociale, également, est un principe important de la politique finlandaise en faveur des personnes âgées.

Le défi majeur, pour la politique en faveur du troisième âge est de réaliser la notion moderne et active du troisième âge. Celle-ci met davantage l’accent sur les ressources plutôt que sur l’importance donnée aux maladies, aux handicaps qui entament les aptitudes à l’autonomie et aux pertes de moyens. Cette notion de la vieillesse est basée sur l’individualité et elle apprécie l’autonomie de la personne âgée, son expérience existentielle et les vues qu’elle a des choses.

La politique plurielle en faveur du troisième âge traite tous les grands domaines de la vie en société – la vie active et le revenu, la santé et l’aptitude, l’habitat et le cadre de vie, l’éducation et la culture, l’action sociale et la santé ainsi que l’interaction sociale et la participation. La politique en faveur du troisième âge vise une société bonne pour tous, sans considération de l’âge. La politique de retraite, la politique du logement et l’aménagement du territoire occupent, avec les services sociaux et de santé, une place de premier plan. La politique d’action sans entrave vise à faire en sorte que toute l’infrastructure, l’environnement, l’information et la communication ainsi que les services soient accessibles à tous les citoyens. Dans l’apprentissage des aptitudes liées à la société de l’information, l’absence d’entraves signifie un engagement à garantir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie.

Les accessoires et la nouvelle technologie facilitent l’autonomie des personnes âgées en terme de logement et de rééducation tout en aidant leurs soins. La convivialité accrue de la technologie et son prix plus accessible sont essentiels. Mais la technologie ne saurait jamais se substituer entièrement à l’aide apportée par une personne.

La politique en faveur des personnes âgées est mise en oeuvre au niveau national et à l’échelon local. La protection de retraite est uniforme dans tout le pays. Sur les autres volets, les communes ont une grande latitude et agissent de manière indépendante, sur la base de la législation et des grandes orientations nationales. L’administration régionale est confiée à cinq préfectures de région. Leurs directions des affaires sociales et de la santé ont la charge de planifier, de développer et de contrôler l’action sociale et la santé dans leur région administrative respective. Les préfectures contrôlent notamment les producteurs privés de services sociaux et de santé. Dans la pratique, la politique en faveur des personnes âgées est principalement décidée dans les 452 communes que compte la Finlande, en fonction des besoins, des ressources et des priorités.

La politique finlandaise en faveur des personnes âgées a longtemps été la politique de l’Etat et des communes, mettant l’accent sur la politique sociale et de la santé. Désormais, la politique en faveur des personnes âgées attribue un rôle de plus en plus important aux organisations et au reste du secteur public mais également à la responsabilité des autres volets de la politique sociétale.

En 1996, le Ministère des affaires sociales et de la santé a publié un plan d’objectif et de stratégie de la politique en faveur des personnes âgées, intitulé "La politique du troisième âge d’ici 2001". Ce plan souligne l’importance des aspects suivants de cette politique:

• préserver l’aptitude au travail et à l’autonomie des classes d’âge du "baby-boom";
• garantir une protection de retraite permettant de mener une vie autonome;
• créer des habitats et des cadres de vie favorisant l’autonomie des personnes âgées;
• garantir des services sociaux et de santé personnalisés;
• garantir des droits égaux aux personnes âgées pour leur permettre de participer et d’apprendre.